confederation-maritime.org

contact@confederation-maritime.org

ERIKA TOUJOURS ET RETOUR DANS L’ACTUALITE INTERNET


INTERNET DE LA CONFEDERATION MARITIME , PARALYSEE PENDANT CINQ MOIS du 12 MAI au 12 novembre 2008 ..... ?

Il est toujours gnant de dnoncer les malversations judiciaires et ptrolires , surtout quand elles sont directement associes ...

Comment rduire le syndicat professionnel au silence ?

Ce n’est qu’au prix d’un combat de cinq mois contre NEUF -SFR que nous avons russi faire r-installer notre ligne par un concurrent .

Cette paranthse silencieuse n’a pas empcher la confdration maritime de poursuivre le combat contre les ptroliers et les tribunaux de commerce complices . Avec la complaisance de la COUR D’APPEL de RENNES .

Une plainte pnale a t dpose contre le greffier du tribunal de commerce de ST BRIEUC pour non dnonciation de malversations au sein de son tribunal . Par courrier le quatrime juge commissaire Mr Charles JEHAN et son prsident Mr Jean Jacques LE MORDAN confirment bien qu’ils ne respecteront pas la CONVENTION INTERNATIONALE DE 1992 , ratifie par la FRANCE , et qu’ils n’ont pas l’intention de rpartir la somme fixe de 84 MILLIONS de francs entre les victimes de l’ERIKA ... Cette somme restant selon eux et avec leur accord , acquise aux ptroliers qui en disposeront comme ils voudront .... Elle est pas belle la vie !

En son temps une question avait t pose l’assemble nationale par Mr AYRAULT maire de NANTES et dput , sur demande de la confdration maritime . Questionn , Mr Dominique BUSSEREAU ministre des affaires maritimes a mis plus d’un an rpondre cot de la question ... Nous l’interrogeons nouveau sans cesse et finalement Alain Malard sera reu par son conseiller spcial le 19 novembre prochain ... PARIS .

Il est vident que je devrai revenir avec du concret !

Autre nouvelle : Les 30 concurrents du VENDEE GLOBE ont tous embarqu mon dernier livre " ERIKA LE POT DE TERRE CONTRE LES POTS DE VIN " une bonne lecture dans les mers du sud . A la vue de la corruption dans notre beau pays , voudront-ils tous rentrer au port ? A.M.