confederation-maritime.org

contact@confederation-maritime.org

REVEILLON DU NOUVEL AN AVEC Mrs BUSSEREAU et RAFFARIN ...


Ce mercredi 31 dcembre 2008 j’ai dcid de rveillonner avec Mr Dominique BUSSEREAU , son domicile St GEORGES de DIDONNE prs de ROYAN . L’occasion est unique puisqu’il a convi Mr RAFFARIN sa table ...

Mais apparemment , il manquait de place pour ajouter un couvert ... ( voir FRANCE 3 OUEST du jeudi 1er janvier 2009 )

Je me suis donc prsent au domicile de monsieur BUSSEREAU , St GEORGES de DIDONNE vers 17 heures , quip pour y passer la nuit : vtements en surnombre , 6 paisseurs avec mon cir , double paire de chaussettes dans les bottes ,deux bonnets sur la tte et une bche paisse en prvision des tempratures ngatives de la nuit venir . J’tais fin par pour affronter une situation dans laquelle TOTAL cherche nous enfermer : sans logis et sans nourriture ... Cette situation tant galement l’exact contraire de qu’allait vivre Mr BUSSEREAU ce soir de rveillon : bien au chaud et table bien garnie !!!

Mr BUSSEREAU tait sa fentre au tlphone , m’ayant reconnu devant chez lui , il ouvre la fentre pour m’annoncer qu’il descendait me voir .

Cinq minutes plus tard , dcontract en jean et gros cigare au bec il arrive dans la cour et travers la grille me demande ce que je viens faire l .

- ’’ Je viens vous rappeler vos promesses et vous demander de joindre le geste la parole ’’

- ’’ Nous nous occupons de vos dossiers , nous les connaissons , mes conseillers Mrs AUBRET et PELLETIER vous ont reu PARIS , mais c’est une procdure longue vous savez ! ’’

- ’’ C’est effectivement long , puisque cela fait 9 ANS que a dure ; vos conseillers m’ont certifi qu’ils avaient des assurances de Mr DENOROY de la direction institutionnelle de TOTAL , que des propositions d’indemnisations allaient tre faites avant le neuvime anniversaire de l’ERIKA ’’

- ’’ Alors vous voyez bien que l’on s’occupe de vos dossiers ! ’’

- ’’ OUI , sauf que les avocats de TOTAL , le cabinet GIDE , vient de confirmer notre avocat PARIS , Matre Alain LECLERC que des ngociations directes avec les victimes n’taient pas l’ordre du jour ’’

- ’’ Je vous rpte que c’est une procdure longue mais que mes services s’en occupent ’’

- ’’ Nous sommes dans le viol caractris de la convention ratifie par la FRANCE , ce sont les ptroliers qui dcident du destin de leurs propres victimes au lieu et place du JUGE COMMISSAIRE et vous avez cautionn cela durant 9 ans ’’

- ’’ Que voulez vous que je fasse maintenant , un 31 dcembre 17 heures ? ’’

- ’’ Faites moi une lettre manuscrite indiquant clairement que vous allez vous engager agir nergiquement contre TOTAL et faire respecter la CONVENTION de 1992 ’’

- ’’ Vous avez dj ces crits ’’

- ’’ Non ! aucun de cette nature de votre main ’’

Visiblement agac par cette conversation et certainement par ses prparatifs de rveillon avec son voisin Mr RAFFARIN il coupe court :

- ’’ Et maintenant qu’allez vous faire ? ’’

- ’’ Je vais rveillonner avec vous , en m’installant pour la nuit devant votre portail .’’

- ’’ Vous ne pouvez pas rester l , je vais appeler la police . ’’

A peine cinq minutes plus tard , une puis deux puis trois voitures de police taient sur zone ... sans motif me passaient les menottes , les bras dans le dos et m’embarquaient au commissariat de ROYAN .

- Rtention pour contrle d’identit , m’annonait l’officier de police , une dame charmante et courtoise qui contrastait avec les conditions de mon ’’ arrestation ’’ un peu muscle . S’en suit une dposition avec description des faits et motivations de ma prsence devant le domicile du ministre Mr Dominique BUSSEREAU .

Je suis relch vers 19 heures avec interdiction de me rendre dans la rue du ministre , il m’est seulement autoris de sjourner sur la place de l’glise de St GEORGES de DIDONNE . Des rondes de police seront organises , si je ne respecte pas cela je serai mis immdiatement en cellule de garde vue ! ... Au moins c’est clair .

Je me suis donc install place de l’glise devant les petits chalets du march de Nol . J’ai distribu mes tracts aux commerants et aux passants pour leur indiquer la raison de ma prsence .

J’y ai pass la nuit , sans manger , conformment mon engagement .

Le lendemain JEUDI 1er JANVIER 2009 les mdias : JOURNAL SUD-OUEST , FRANCE 3 , FRANCE BLEU etc... m’interrogeaient sur la situation . J’ai distribu mes tracts toute la journe aux passants nouant de nombreuses conversations avec les habitants trs comprhensifs ...Certains me sollicitant mme d’tre des leurs contre un projet de terminal mthanier ! Je ne peut tre partout ...

J’ai quitt St GEORGES de DIDONNE VERS 18 heures en prvenant une patrouille de police qui ne cessait de me surveiller . Mais en les avisant aussi d’un prochain retour cette fois avec mes camarades , lors des grandes grves prvues en janvier ...

Sur le chemin du retour ( 480 Km. ) on m’annonce que FRANCE 3 OUEST a diffus un excellent reportage aux actualits rgionales .... A.M.