confederation-maritime.org

contact@confederation-maritime.org

L’ETAU SE RESERRE SUR LES TRIBUNAUX DE COMMERCE !


Aujourd’hui mardi 22 mai , Alain Malard et Xavier Lambion comparaissaient devant le tribunal correctionnel de RENNES , suite une plainte de Michel PECOUL prsident du tribunal de commerce de RENNES . PECOUL s’est lachement dgonfl et n’a pas os se prsenter devant le tribunal ...

PECOUL se plaint d’un outrage magistrat , suite la dnonciation par la CONFEDERATION MARITIME des malversations et escroqueries de son tribunal . PECOUL et son entier tribunal de commerce ont t rcuss suite la dmission du juge commissaire Jacques DELAGE qui a refus de cautionner les magouilles de PECOUL ...

Ce vendredi dernier , jour de la St YVES , le procureur de NICE , Mr DE MONGOLFIER a tenu un colloque TREGUIER dans lequel il dit explicitement que les ’’JUGES DOIVENT RENDRE DES COMPTES ET NOTAMMENT CEUX QUI VIOLENT LA LOI ’’ ces propos sont directement adresss PECOUL .

Il est encore prciser que PECOUL tait prsident du LION’S CLUB de RENNES , que Mtre BIDAN en charge du fonds de responsabilit de l’armateur de l’ERIKA , est le trsorier du LION’S CLUB et que pour tre complet PECOUL a dsign Mr CHUBERRE galement membre du LION’S CLUB pour remplacer le juge commissaire DELAGE dmissionnaire ! En clair PECOUL a tent de faire grer les indemnisations des victimes de l’ERIKA par le LION’S CLUB dont il tait le prsident .... Malin le PECOUL !!!

Alain Malard publie cette semaine le tome 2 de son livre sur les malversations des ptroliers et des tribunaux de commerce de NANTES et de RENNES . La vrit doit tre dite , c’est la mmoire de la BRETAGNE .

L’tau se reserre car tant le tribunal correctionnel de PARIS que celui de RENNES cet aprs midi , ont bien compris le mcanisme des indemnisations et le viol de la convention par les ptroliers associs aux tribunaux de commerce ...

Lundi matin Alain Malard a pass sa matine la gendarmerie maritime de LORIENT suite une lettre anonyme dnonant les statuts du syndicat ; les corbeaux sont aux abois , ils en sont aux lettres anonymes
L’tau se reserre ... A.M.